Please use this identifier to cite or link to this item: https://doi.org/10.21256/zhaw-4335
Title: Education et extrémisme de droite : analyse du développement d’attitudes et de comportements racistes dans la biographie de jeunes adultes
Authors : Gabriel, Thomas
Published in : Les jeunes et l’extrémisme de droite : victimes, acteurs ou repentis - comment vivent-ils la violence extrémiste, quels sont les facteurs biographiques qui les poussent à adhérer au mouvement et qu’est-ce qui les incite à en sortir?
Pages : 5
Pages to: 28
Publisher / Ed. Institution : Service de lutte contre le racisme SLR (Département fédéral de l’intérieur, Secrétariat général)
Publisher / Ed. Institution: Berne
Issue Date: Dec-2007
License (according to publishing contract) : Licence according to publishing contract
Type of review: Not specified
Language : French
Subjects : Jugendforschung; Extremismusforschung; Schweiz; Forschung; Evaluation
Subject (DDC) : 303: Social processes
305: Social groups
Abstract: Pourquoi certains jeunes adultes embrassent-ils des idéologies d’extrême droite alors que d’autres, ayant reçu une éducation semblable, n’y sont pas sensibles? Comment expliquer que parmi les sympathisants de tels courants doctrinaires, certains jeunes prennent part à des attaques violentes? Ces deux questions constituent le fil conducteur de l’étude de Thomas Gabriel, de l’Université de Zurich, consacrée à l’influence du milieu familial et de l’éducation sur l’assimilation de théories d’extrême droite (Familienerziehung und Rechtsextremismus). L’enquête, menée dans le cadre du Programme national de recherche 40+ «Extrémisme de droite – causes et contre-mesures», s’est conclue au printemps dernier. Elle nous livre à présent ses résultats. L’auteur s’est penché sur l’influence de la famille (parents, mais aussi grands-parents) et de personnes de référence significatives de l’environnement social des jeunes sur l’assimilation de discours d’extrême droite et, notamment, sur le développement d’attitudes et de comportements racistes. Il s’agissait en particulier de mettre en lumière des «itinéraires de développement» dans le parcours des jeunes concernés. Un autre axe important des travaux était l’étude des mécanismes de transmission des idéologies xénophobes entre les générations. Au total, 26 jeunes (six jeunes femmes et 20 jeunes hommes d’une moyenne d’âge de 19 ans sympathisant avec des idées politiques d’extrême droite et susceptibles de participer à des actes violents) ont été interrogés sur le climat émotionnel et affectif au sein de la famille, la manière de gérer les conflits, le style d’éducation et la qualité des relations interfamiliales. L’examen de ces divers éléments a permis à l’équipe de chercheurs de reconstituer les processus biographiques de ces jeunes adultes et d’analyser des «charnières» déterminantes dans leur trajet individuel, celles-là mêmes qui les ont conduits à assimiler ce type d’idéologies. A cet égard, il convient de noter que ces «charnières» n’ont pas été seulement mises en évidence par les chercheurs: les jeunes interviewés ont eux aussi qualifié des événements biographiques particuliers comme décisifs dans le développement d’attitudes et de comportements racistes. Près de la moitié des jeunes interrogés étaient membres d’une organisation d’extrême droite (Partei National Orientierter Schweiz [PNOS], Schweizer Nationalisten, Helvetische Jugend, Démocrates Suisses [DS], Blood & Honour, Hammerskins) et environ deux tiers d’entre eux faisaient état de leur appartenance à un groupuscule du type hooligans, skinheads et skingirls. Les auteurs se sont en outre entretenus avec sept couples de parents, des grands-parents et d’autres adultes de référence de l’environnement social et familial des jeunes. Présentation succincte des principaux résultats. On peut affirmer d’emblée que ni les jeunes sondés ni leur famille ne peuvent être considérés comme des «laissés-pour-compte du progrès», («Modernisierungsverlierer») des victimes de l’évolution sociale et économique. Les 26 cas étudiés 7 se caractérisent par une grande «normalité» dans les modes et les projets de vie mis en oeuvre. Tant les jeunes que leur famille peuvent être qualifiés de bien intégrés. En revanche, la violence domestique, conjuguée aux conséquences des conflits opposant les parents, joue un rôle majeur dans l’adhésion à des schémas idéologiques d’extrême droite. Les chercheurs ont été surpris de constater qu’un grand nombre de ces jeunes adultes bénéficiaient de mesures d’assistance à la jeunesse. Ainsi, la famille et l’environnement social, de même que la culture et l’histoire individuelles sont autant de facteurs capitaux dans le développement d’attitudes et de comportements racistes. Bien que la prise de contact avec les milieux d’extrême droite soit plutôt le fruit du hasard, l’importance que revêtent ces rencontres pour les jeunes concernés n’a rien d’une coïncidence: elle est en effet déterminée par leur histoire personnelle. Les processus biographiques décrits dans l’étude fournissent de précieux renseignements sur les motifs qui incitent un jeune à faire siennes des idéologies xénophobes ou à participer à des attaques violentes à caractère raciste. Ils permettent également de mieux comprendre pour quelles raisons d’autres jeunes, vivant dans des conditions sociales semblables, ne sont guère sensibles à ce genre de discours. Sur la base des nombreuses données recueillies, les chercheurs distinguent trois types de modèles familiaux et de processus biographiques de nature à favoriser, d’une part, le développement de sympathies pour les milieux d’extrême droite et, d’autre part, la participation à des actes de violence. Les trois schémas directeurs se caractérisent comme suit: – Démarcation via une «suradaptation» – radicalisation des normes et des valeurs transmises par le milieu d’origine – Expression de la violence et du mépris dans la quête de reconnaissance – Absence de considération, recherche d’expériences et d’assurance, volonté d’afficher sa différence.
Departement: Soziale Arbeit
Organisational Unit: Institute of Childhood, Youth and Family (IKJF)
Publication type: Book Part
DOI : 10.21256/zhaw-4335
URI: https://www.edi.admin.ch/edi/fr/home/fachstellen/slr/commandes-et-publications/jugendliche-rechtsextremismus.html
https://digitalcollection.zhaw.ch/handle/11475/8420
Appears in Collections:Publikationen Soziale Arbeit



Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.