Title: État des lieux et évolution de la radicalisation djihadiste en Suisse : actualisation d’une étude exploratoire assortie de recommandations pour la prévention et l’intervention
Authors : Eser Davolio, Miryam
Schneuwly Purdie, Mallory
Merz, Fabien
Saal, Johannes
Rether, Ayesha
et. al : No
Extent : 52
Publisher / Ed. Institution : ZHAW Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften
Publisher / Ed. Institution: Zürich
Issue Date: Jun-2019
License (according to publishing contract) : Licence according to publishing contract
Language : French
Subjects : Extrémisme; Prévention
Subject (DDC) : 303: Social processes
362: Health and social services
Abstract: Faisant suite à l’étude « Arrière-plan de la radicalisation jihadiste en Suisse » (Eser Davolio et al., 2015), qui reposait sur un échantillon de 66 voyageurs du djihad, le présent rapport final analyse l’état de la recherche et les données actuellement disponibles, en s’appuyant sur un échantillon élargi de personnes radicalisées. En ce qui concerne les facteurs d’incitation à la radicalisation (push factors) et les facteurs d’attirance de cette dernière (pull factors), il résulte de cette analyse un tableau largement similaire à celui ressortant des études réalisées dans des pays voisins. En particulier, sont surreprésentés dans l’échantillon les hommes de confession musulmane âgés de 21 à 35 ans, immigrés de deuxième génération (secundos), présentant généralement un niveau d’éducation peu élevé et en contact avec des personnes partageant les mêmes idées. Il apparaît en outre que le phénomène de la conversion revêt une importance particulière en Suisse également. Par ailleurs, le fait qu’environ 40 % des personnes faisant l’objet de l’enquête (N = 130) perçoivent une aide financière de l’État soulève des questions importantes relatives à leur resocialisation et à leur réinsertion. En ce qui concerne les défis liés à l’exécution des peines, il ressort des interviews des directeurs d’établissement pénitentiaire que le traitement des détenus radicalisés requiert une réflexion et l’élaboration de stratégies en matière de placement, d’exécution de la peine, de séparation et de suivi institutionnel et individuel. De plus, comme la détention de ces personnes avant jugement est souvent longue, il n’est généralement guère possible d’appliquer des mesures particulières (p. ex. thérapie ou réintégration). Il s’agit donc de développer des modèles de traitement carcéral ainsi que d’encouragement de la resocialisation et du désengagement des détenus radicalisés, de réfléchir à des approches incluant des groupes de travail cantonaux dédiés à la prévention de l'extrémisme ou l’implication d’aumôniers musulmans, ainsi que d’accélérer la mise en place d’un monitoring des risques potentiels, y compris à des fins de protection de codétenus éventuellement menacés. Pour ce qui est de la prévention, le nombre de services spécialisés dans la prévention de l'extrémisme est passé de deux à neuf depuis 2015, et celui des structures destinées à maintenir le lien (« Brückenbauer ») de trois à huit (état en mai 2019). En particulier les villes et les cantons les plus touchés par le phénomène de la radicalisation djihadiste ont mis en place des systèmes de prévention, mobilisant les spécialistes et le savoir-faire nécessaires à cet effet. Les services en question sont faciles d’accès et peuvent atténuer la plupart des appréhensions soulevées par le phénomène de la radicalisation ou par des situations apparentées. Ils assurent également la prévention de deuxième niveau, contribuant à clarifier les problèmes par des conseils aux personnes impliquées. Pour prévenir la radicalisation, les services de type « Brückenbauer » misent quant à eux prioritairement sur l’établissement de relations de confiance et sur le dialogue avec les associations de mosquées, ainsi que sur l’information en matière d’asile. Ils jouent ainsi un rôle charnière de première importance entre les organisations musulmanes et la police, ainsi que d’autres services administratifs. Pour conclure, on observe que certains cantons et certaines villes ont développé leurs structures de prévention entre 2015 et mai 2019, mais que de telles structures ne sont pas encore disponibles sur tout le territoire suisse. De plus, abstraction faite des progrès réalisés et de l’expérience acquise en matière de prévention et d’intervention, il existe toujours d’importantes lacunes dans les domaines du désengagement et de la réinsertion des personnes radicalisées
Departement: Social Work
Organisational Unit: Institute of Diversity and Social Integration (IVGT)
Publication type: Working paper – expertise – study
URI: https://www.zhaw.ch/storage/hochschule/medien/news/rapport-final-radicalisation-djihadiste.pdf
https://digitalcollection.zhaw.ch/handle/11475/17590
Published as part of the ZHAW project : Aktualisierte Bestandesaufnahme und Entwicklungen dschihadistischer Radikalisierung in der Schweiz
Appears in Collections:Publikationen Soziale Arbeit

Files in This Item:
There are no files associated with this item.


Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.